Recherche stage d’exécutant en informatique de 2 ou 3 mois

Posté par Marie GALLARDO (Issy-Les-Moulineaux 92)
le 25 septembre 2016 à 13:25

Bonjour,

Etudiante en seconde année de l’EPITA, j’ai eu la chance d’intégrer cette école dans une promotion « exceptionnelle », avec 15% de femmes (la moyenne étant alors plutôt de l’ordre de 5%). Ce qui fait qu’aujourd’hui, je suis à l’aise en tant qu’ « Epitéenne ». Et ce, d’autant plus que je suis les activités de plusieurs associations d’Epitéennes (Synergie au sein de l’EPITA, les Femmes du Numérique, Girls can code à destination des lycéennes).

Mes cours d’algorithmique ou les projets d’informatique pratique m’ont permis de confirmer ma très forte motivation pour les métiers du numérique. J’étais initialement intéressée par l’univers du développement de jeux vidéo, mais je me donne aussi la possibilité de me diriger vers d’autres secteurs du numérique.

Dans le cadre de ma scolarité, je dois réaliser un stage d’exécutant en informatique (test, développement, support, …) de 2 ou 3 mois, après mon retour d’un semestre d’étude au Canada. Partant fin Décembre au Québec, je lance mes recherches dès aujourd’hui, sachant que mon stage pourrait commencer vers la mi-mai.

Habitant depuis un an à Issy-Les-Moulineaux, j’ai découvert votre association «EllesBougent.com» qui prend en compte les réalités auxquelles les futures femmes ingénieures sont confrontées.

Je ne suis pas certaine de trouver dans ma future entreprise un environnement aussi favorable à l’intégration d’une femme ingénieur du numérique. Je serais donc très intéressée de pouvoir profiter de mon stage de mi 2017 pour me confronter à la réalité des carrières féminines en étant encadrée par un membre de l’association « EllesBougent.com ».

Je tiens bien entendu à votre disposition mon CV à jour en cas de besoin.

Je vous remercie par avance de l’attention que vous porterez à l’étude de mon dossier, et serais heureuse de pouvoir m’entretenir avec vous de mon projet de stage.

Recevez, Mesdames, mes sincères salutations.

Marie Gallardo


Répondre